Origine du shiatsu

Le mot japonais  « shiatsu » signifie littéralement pression avec les doigts (shi : les doigts et atsu : presser). Le nom est apparu en 1939 dans un livre de Tempeki Tamae (Shiatsu Hô) et la technique est surtout devenue populaire sous l’impulsion de Tokujiro Namikoshi. Le Ministère de la Santé japonais a fait la distinction entre le shiatsu et le massage en 1964.

Le shiatsu appartient à la sphère de la philosophie et de la médecine orientales, ce qui implique notamment une compréhension et une vision de l’homme et de l’univers basée sur des concepts comme le Yin et le Yang, les 5 éléments, les 5 esprits, les 12 méridiens, les 8 vaisseaux curieux, le cycle d’engendrement, le cycle de contrôle, le KI-énergie, l’unité du corps et de l’esprit… Il s’agit d’une approche holistique de l’homme, vu comme un microcosme à l’image du macrocosme.

Des ouvrages très anciens ont posé les bases de cette compréhension, notamment le « Traité de médecine interne de l’Empereur Jaune » (Su Wen), le Nan Jing, le Yi Jing… Ces ouvrages nourrissent toujours la réflexion du shiatsu d’aujourd’hui.

Pour en savoir plus sur les origines et influences complexes, à la fois modernes et anciennes, du shiatsu, lisez les articles plus complets que j’ai consacrés à ce sujet.

Chez Shinmon à Bruxelles, vous recevrez un massage shiatsu étudié auprès de Yuichi Kawada Sensei, Maître Japonais établi à Bruxelles, fondateur de la Yoseido Shiatsu School. Maître Kawada est issu d’une famille de pratiquants de shiatsu depuis plusieurs générations. Il bénéficia des enseignements de son père qui avait une grande réputation en ce domaine. Il est diplômé de la Nippon Shiatsu School et titulaire du diplôme officiel de l’Etat Japonais.